Une très grande diversité biologique et de très nombreuses actions en faveur de la biodiversité

La Presqu'île de Guérande est connue pour sa grande diversité d'espèces animales et végétales. La multitude et la variété des zonages réglementaires environnementaux attestent de cette valeur environnementale et biologique : les zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique y sont nombreuses. 8 sites sont également inscrits au réseau européen Natura 2000.

Cap Atlantique reconnu "Territoire Engagé pour la Nature"

Reconnu Territoire Engagé pour la Nature par l’Etat et l’Association des Régions de France en 2019 au vu des actions menées et à venir, Cap Atlantique a pris à bras le corps, dès sa création en 2003, la préservation des espaces naturels d’intérêt communautaire.

La responsabilité du territoire est donc grande dans le maintien de la diversité des espèces et habitats d'espèces au niveau européen mais également à un niveau plus local.

Biodiversité animale

10% de la population mondiale des Barges à queue noire islandaises (Limosa Limosa islandica) et 1% de la population mondiale d'Avocette élégante (Recurvirostra avosetta) hivernent en Presqu'île, en particulier dans les Traicts du Croisic.

Près de 10% de la population française de Spatules blanches (Platalea leucorodia) nichent dans un bois à proximité de Guérande.

Biodiversité végétale

Plus de 500 stations de 55 espèces végétales protégées sont présentes sur le territoire, soit 26% de la flore protégée des Pays de la Loire (Bretagne Vivante, 2017).

Parmi celles-ci, on trouve à Herbignac, dans les bois de la Cour-aux-Loups, l'Ail des Landes (Allium ericetorum) qui trouve ici la limite septentrionale de répartition de l'espèce. Sur la Côte sauvage, au Pouliguen, se situe la station la plus méridionale de Chou marin (Crambe maritima).

Des milieux favorables à la biodiversité

Si la faune et la flore de la Presqu'île de Guérande sont si remarquables, c'est que les habitats naturels y sont très diversifiés et étroitement imbriqués les uns dans les autres :

  • Milieux maritimes et côtiers : dunes, falaises rocheuses, marais salants, etc.
  • Les grandes zones humides de transition entre eaux salées et eaux douces : Marais de Pompas, de Pont Mahé, etc.
  • Les zones humides d'eau douce : Grande Brière Mottière, mares, etc.
  • Le bocage, encore plus ou moins conservé.

Les actions pour la biodiversité

De nombreuses actions concourent, chacune à leur niveau, à préserver la biodiversité :

  • Préservation de la Trame Verte et Bleue dans les documents d’urbanisme : SCoT et Plans Locaux d’Urbanisme ;
  • Acquisition foncière par les Départements, le Conservatoire du Littoral, les communes et le Conservatoire des Espaces Naturels des Pays de la Loire ;
  • Aménagement du sentier littoral pour empêcher le piétinement des habitats naturels côtiers ;
  • Éducation à l’environnement ;
  • Programme de restauration des cours d’eau et marais de la Presqu’île de Guérande ;
  • Lutte contre les espèces exotiques envahissantes ;
  • Gestion différenciée des espaces verts appartenant à Cap Atlantique ;
  • Suppression de l'usage des pesticides.

Cap Atlantique se singularise car elle est coordinatrice d’un projet européen LIFE nature : le LIFE Sallina.

Elle cherche aussi à intégrer la biodiversité dans toutes ses politiques sectorielles, y compris dans les aménagements urbains.

La biodiversité, c'est la vie !