Microalgues marrons

Environnement

Concentration élevée de microalgues sur les côtes de notre agglomération

Des eaux colorées dont les teintes variant du rouge au marron le jour, et pouvant avoir des reflets luminescents la nuit sont actuellement observées sur le littoral du Morbihan et de Loire-Atlantique et notamment sur les côtes de notre agglomération.

Publié le

Ce phénomène est dû à un développement massif de microalgues, désagreables et dérangeantes, mais non toxiques directement pour la population.

La zone, située entre les estuaires de la Loire et de la Vilaine, est naturellement propice au développement de microalgues, organismes habituels dans les milieux aquatiques. Avec notamment des conditions climatiques favorables ces dernières semaines, il a été constaté comme à l’été 2021 un développement massif et une concentration de ces microalgues pouvant perturber la vie aquatique, dont l’espèce baptisée Lingulodinium polyedra, qui provoque une coloration des eaux. Si elle est dérangeante et peu élégante car elle rend l’eau poisseuse, elle ne présente pas de risque pour la baignade et les communes n’ont pas à l’heure actuelle décidé de fermeture de plages. Il est cependant conseillé de se doucher en sortie de l’eau.

    La prolifération de microalgues est un phénomène naturel saisonnier dont la fréquence et l’intensité peuvent varier en fonction des conditions environnementales du milieu. Cet épisode est particulièrement fort et précoce et il est difficile de connaitre précisément sa durée. 

    En outre, comme d’autres espèces de microalgues régulièrement repérées sur le littoral, le Lingulodinium polyedra est capable de produire une toxine pouvant s’accumuler dans la chair des coquillages. Des analyses sont réalisées régulièrement dans le cadre d’un réseau de surveillance opéré par les services de l’Etat. Pour le moment, les résultats sont tous inférieurs au seuil réglementaire et n’impliquent pas d’interdiction de la pêche à pied et de la consommation de produits de la mer. Les pêcheurs à pied sont toutefois invités à se tenir régulièrement informés de l’évolution de la situation sur les sites www.pays-de-la-loire.ars.sante.fr et www.pecheapied-responsable.fr.

    Les agences régionales de santé (ARS) des Pays de la Loire et du Morbihan, l’IFREMER et les services de l’agglomération de Cap Atlantique, en lien avec les communes du territoire, surveillent de près l’évolution et le mouvement de ces microalgues.

    Pour plus d’information :