Agriculture et métiers de la mer

La vision de l'agriculture et des métiers de la mer du territoire

La place de l’agriculture et des métiers de la mer dans le développement de Cap Atlantique doit être soulignée, du double point de vue de l’activité économique et de la gestion des paysages ruraux du territoire.

L’agriculture

Le maintien à long terme de la place de l'agriculture suppose des actions spécifiques aux problématiques de conflits d’usage du territoire.

L’objectif global est la valorisation de l’activité agricole au travers de ses spécificités productives, de son action sur la gestion des paysages et de son rôle dans le tourisme, ce qui implique :

  •  une identification des espaces stratégiques qui auront vocation à porter le développement des filières agricoles (filières spécifiques, produits à valeur ajoutée élevée, stratégie à long terme). La délimitation de ces espaces pérennes à 20 ans constitue un élément important du SCOT de Cap Atlantique qui vise à la préservation à long terme de l’activité agricole. L’objectif du SCOT est également de favoriser la reconquête des espaces péri-urbains et littoraux par l’agriculture. La vocation des espaces soumis à pressions foncières (aboutissant parfois à une déprise) devra être précisée dans le P.L.U. des communes concernées, qui complèteront et préciseront l’approche du SCOT sur les espaces pérennes afin d’assurer une visibilité aux agriculteurs et limiter la spéculation foncière
  • un rôle dans l’attractivité du territoire via une diversification vers les loisirs et le tourisme et, en partenariat avec les collectivités, une participation à la gestion des paysages et des milieux (gestion amont des problématiques de ruissellements, pollutions diffuses, reconnaissance des zones humides).
  • une limitation des entraves au fonctionnement de l’agriculture pour une optimisation de l’utilisation des espaces et éviter notamment de faciliter la déprise agricole.
  • l’intérêt d’une politique foncière ciblée pour pérenniser l’activité économique des exploitations ou préserver les paysages, dans le cadre du maintien d’une agriculture littorale notamment (politique foncière directe : par exemple convention avec la SAFER, ou politique foncière indirecte via l’identification de zones agricoles pérennes à long terme).
  • des principes de prise en compte des besoins de l’activité agricole dans l’organisation et les modes d’urbanisation sont également inclus dans le Document d’Orientations Générales, avec notamment pour objectifs d'éviter les enclavements des exploitations et le fractionnement des propriétés et assurer l’accessibilité et les moyens de déplacements des engins.

La saliculture et les métiers de la mer

La saliculture est une activité qui relève des métiers de la mer bien sûr mais qui s'apparente aussi à l'agriculture, les paludiers sont adhérents de la Mutualité Sociale Agricole. Les marais salants de Guérande (Guérande, Batz-sur-Mer, Le Croisic et La Turballe) et du Mès (Mesquer, Saint-Molf et Assérac) constituent à la fois une activité économique, dont la renaissance récente représente la base du développement de l’emploi de tout le secteur primaire de la Presqu’île, et une activité emblématique dont l’image d’authenticité et de nature façonne une large part des potentiels touristiques locaux.

Cap Atlantique poursuit donc un double objectif : participer au développement de l’activité salicole (production, stockage, distribution) au travers de ses différents modes d’exercice et accroître la visibilité de la saliculture dans la Presqu’île et, surtout, au-dehors, afin que celle-ci contribue plus encore au rayonnement de Cap Atlantique, et la mise en valeur du territoire.

Les questions environnementales rejoignent les questions économiques dans la nécessité du maintien du périmètre des marais salants, ce qui passe par la préservation d’une exploitation pérenne, malgré les difficultés climatiques. Au-delà des zonages de préservation et d’inventaire environnementaux, le périmètre de l’exploitation des marais salants constitue un enjeu de l’action foncière des collectivités, afin d’éviter que des salines non exploitées ne soient progressivement sorties du patrimoine salicole.

La mise en valeur du secteur des marais sera garantie par une organisation appropriée de l’organisation de la fréquentation, notamment à but touristique, et par la mise en oeuvre de règles d’urbanisme facilitant l’exploitation salicole et le stockage du sel.

Les autres métiers de la mer, conchyliculture et pêche, sont également emblématiques du territoire, des coques du Croisic aux moules de Pénestin en passant par les huîtres de Pen Bé et de Mesquer, et les deux ports de pêche du Croisic et de La Turballe, l'ensemble représente une économie importante qu'il convient d'accompagner comme elle le mérite.

Moyenne : 2.9 (7 votes)